Communauté de communes Lauragais Revel Sorezois

Lauragais Revel Sorézois

Highslide JS

communauté de communes partagée entre Tarn et Haute-Garonne, siégeant à Revel; 27 communes dont 13 en Haute-Garonne et autant dans le Tarn, une dans l’Aude, avec 21 400 hab. et 36 200 ha, dont 13 400 hab. et 16 4000 ha en Haute-Garonne. Seules Revel, et Sorèze dans le Tarn, dépassent 2 000 hab.

Vaudreuille (390 Vaudreuillois, 1 130 ha dont 258 de bois), 5 km au SO de Revel, dans la vallée du Laudot, affluent du Sor, au pied de la Montagne Noire, a un château des 14e-16e s. dans un beau site, et les restes d’une chapelle romane à peintures murales du 14e s. Le finage est traversé par la Rigole du canal du Midi, qui serpente dans la plaine au nord et à l’ouest; au NO, carrefour des D622 vers Toulouse et D624 vers Castelnaudary. Au NE, la commune contient le quart sud-ouest du lac de Saint-Ferréol et la quasi-totalité de son barrage, avec deux campings et le hameau d’En Salvan. Au sud se dresse l’escarpement de faille de la Montagne Noire, qui monte à 540 m et qu’utilise le Centre de vol à voile de la Montagne Noire, mais les installations de celui-ci sont à la limite du finage, dans la commune audoise de Labécède-Lauragais, qui n’est pas membre de la communauté. Vaudreuille a 130 hab. de plus qu’en 1999 (+50%).

Saint-Félix-Lauragais (1 310 Saint-Féliciens, 5 188 ha dont 250 de bois), à 11 km à l’ouest de Revel sur la route de Toulouse, est le fleuron de la côte qui termine à l’est le Terrefort du Lauragais, face à la Montagne Noire. Le village est perché et fortifié, conservant des restes du château des 12e-13e s. et de son donjon, doté d’une superbe et très ancienne halle à beffroi et de maisons à colombage, et d’une collégiale du 14e s. Il fut le lieu de naissance de Guillaume de Nogaret en 1260, ce chancelier de Philippe le Bel qui terrorisa tour à tour le pape, les Juifs et les templiers, et qui mourut en 1313; puis, dans un genre bien plus paisible, celui du compositeur Déodat de Séverac (1873-1921), auteur de belles harmonies et qui compte aussi à son actif l’immortel chef-d’œuvre «Ma poupée chérie ne veut pas-a do-ormi-ir», et a sa statue au village, face au vent d’autan.

Le finage contient à l’est une large part de la dépression périphérique au pied de la côte, parsemée de hameaux et parcourue par la rivière de la Plaine qui apporte de l’eau au canal du Midi, en passant par le petit lac de Lenclas au pied du village. Il atteint au NE les portes de Revel. La D622 de Toulouse à Revel traverse le finage. Celui-ci contient au NO une queue de 5 km sur 1 le long de la Vendinelle, avec deux lacs collinaires. Depuis 2009, le parc éolien du Lauragais couronne la côte du Lauragais dont l’arc fait face à la Montagne Noire; il comporte 11 machines Ecotecnia (18,4 MW en tout) de la société Voltitalia, dont 6 à Saint-Félix au nord-est du village, 4 sur le territoire de Roumens plus au nord, et une à Montégut-Lauragais. Saint-Félix a ajouté Lauragais à son nom en 1921; elle eut 3 000 hab. au tout début du 19e s., et s’est dépeuplée jusqu’en 1975 (1 100 hab.); le nombre d’habitants est stable depuis 1999; négoce de matériel agricole Agri Moderne (20 sal.), services domestiques Laurag’Aide (30 sal.).

Au nord de Saint-Félix, la côte se dédouble en une avant-côte dans les terrains éocènes, une arrière-côte dans ceux de l’oligocène.

Roumens (250 Roumensois, 357 ha) est 7 km à l’ouest de Revel; le village est au pied de la côte éocène, couronnée de quatre éoliennes; +40 hab. depuis 1999.

Montégut-Lauragais (470 Montégutois, 772 ha) est à 8 km ONO de Revel sur un petit promontoire de la basse côte du Lauragais au passage de la D1. La plus grande partie du finage est au pied, dans la dépression périphérique de la Montagne Noire. La commune a 100 hab. de plus qu’en 1999. La mention du Lauragais est de 1925.

Nogaret (80 Nogaretois, 400 ha), 9 km ONO de Revel, est dans un site comparable à celui de Montégut mais avec plus de vigueur.

Saint-Julia (430 Saint-Julianais, 1 146 ha), 10 km ONO de Revel, est sur un site d’éperon avancé de la haute côte oligocène, mais avec un peu moins d’ampleur que Saint-Félix. Le village conserve une porte de ville et des restes de fortifications, un clocher-mur à cinq arcades. La commune s’est fait une spécialité de chapons fins; elle a augmenté de 90 hab. depuis 1999 (+26%).

Falga (120 Falgasiens, 538 ha), 16 km ONO de Revel, est une petite commune sur le revers de la côte, découpé en collines par les têtes de la Vendinelle. Elle a gagné 40 hab. depuis 1999 (+50%).

Maurens (200 Maurenois, 660 ha), 19 km à l’ouest de Revel, est traversée par la route de Toulouse, son petit village étant légèrement au sud. Au nord, le finage a une petite extension dépassant le cours de la Saune au hameau de Montcalvel, ancienne paroisse réunie dès 1792.

Vaux (290 Vallois, 1 041 ha), 16 km à l’ouest de Revel, est également traversée par la route de Toulouse. Le village, un peu au sud, domine un petit lac collinaire dans un vallon encaissé. La Saune a sa source dans la commune. Au SO, la Grasse naît de la confluence de deux ruisseaux dont le plus septentrional, les Rotis, fixe la limite sud de la commune. Vaux a gagné 70 hab. depuis 1999 (+32%).

Bélesta-en-Lauragais (110 Bélestais, 559 ha), 19 km OSO de Revel, perche quelques maisons sur le versant droit du ruisseau de la Trémoulède, qui rejoint les Rotis à l’angle de la commune et de Vaux à l’ouest pour former la Grasse. En Lauragais a été ajouté au nom en 1921.

Juzes (100 Juzois, 375 ha), 21 km OSO de Revel, juche son village sur un éperon du versant droit de la Grasse; elle a restauré un château du 16e s.

Mourvilles-Hautes (180 Mourvillois, 659 ha), 22 km OSO de Revel, a restauré des moulins à vent. Le finage atteint à l’est le haut de la côte du Lauragais au château de Biès.

La communauté de communes contient aussi la commune audoise des Brunels et les communes tarnaises d’Arfons, Belleserre, Blan, Cahuzac, Les Cammazes, Durfort, Garrevaques, Lempaut, Montgey, Palleville, Poudis, Puéchoursi, Saint-Amancet et Sorèze.


Lauragais Revel Sorézois

communauté de communes de la Haute-Garonne, ayant son siège à Revel et associant 28 communes, dont 14 dans le Tarn. Sorèze est la seule, dans le Tarn, à dépasser 2 000 hab.

Arfons (180 Arfontais, 4 071 ha dont 3 229 de bois), dont le village est à 13 km ESE de Sorèze, 9 km au sud de Dourgne, à 660 m, occupe une ample cuvette modelée dans les arènes granitiques de la Montagne Noire. À l’extrême sud de la commune, la prise d’eau d’Alzeau sert à l’alimentation du Canal du Midi. La commune est limitrophe du département de l’Aude; elle a eu 1 500 hab. au milieu du 19e s. Arfons a reçu en 2009 deux parcs éoliens de 6 machines Ecotecnia (12 MW) pour la société Sor Énergies, de 5 Ecotecnia (10 MW) pour Arfons Énergies, un peu au-dessus de 800 m. À l’est, la commune partage avec Lacombe (Aude) le barrage de la Galube sur l’Alzeau (achevé en 2001, 33 m de haut, lac de 65 ha et 8 Mm3). Le relief culmine à 921 m au NE.

Les Cammazes (330 Cammazois, 768 ha dont 385 de bois), 9 km SE de Revel, 6 km au sud de Sorèze à 810 m, fait partie du système d’alimentation de la rigole du Canal du Midi, avec un tunnel de Vauban de 1686, sous la D629; le barrage de Gravette sur le Sor a complété l’ensemble en 1987, mais sert surtout à l’irrigation de la plaine; sa voûte de 70 m de haut retient un lac de 90 ha et 19 Mm3, partagé avec Saissac (Aude) dans sa partie amont; centrale électrique, camping, centre de vacances au NO. Le finage s’étend vers le NE et atteint 779 m à la Pierre Plantée. L’ensemble attire les visiteurs et la commune a gagné 110 hab. depuis 1999 (+53%).

Durfort (250 durfortois, 454 ha dont 159 de bois) est juste au sud de Sorèze, au fond de la vallée encaissée du Sor à sa sortie de la Montagne Noire. C’est un ancien village de chaudronniers de cuivre; il reste un musée du cuivre. La commune s’agrémente de la cascade et du gouffre de Malamort en limite sud du finage dans la haute vallée du Sor; tout au nord près de Sorèze, lotissement de Saint-Alby; reste d’un castrum du Castlar au-dessus du village à l’est.

Saint-Amancet (190 Saint-Amancétois, 1 233 ha dont 612 de bois), 4 km ENE de Sorèze, est un petit village au pied de la Montagne Noire. Le finage se partage entre plaine et montagne, et atteint 779 m à la pointe SE; aven et grotte au SO.

Cahuzac (380 Cahuzacois, 569 ha), 3 km au nord de Sorèze dans la plaine, a une grosse maison de convalescence au château (80 sal.) et une maison de retraite (30 sal.); elle a bien plus que doublé sa population depuis 1999 (140 hab.).

Belleserre (170 Belleserriens, 476 ha), 6 km au nord de Sorèze dans la plaine, a gagné 60 hab. depuis 1999 (+55%); lac de barrage de 21 ha au sud, partagé avec Sorèze.

Lempaut (880 Lempautois, 1 418 ha), 11 km au nord de Sorèze, est dans la plaine au pied du versant gauche du Sor. La D622 passe un peu au sud, rive droite, au hameau de la Plauze; plusieurs châteaux, dont Padiès (17e s.) au NO et la Rode au SE, les deux avec parc. La commune a augmenté de 280 hab. depuis 1999 (+47%).

Blan (1 140 Blannais, 1 330 ha), 8 km au nord de Revel, abrite à l’extrême sud, à la limite départementale, au bord de la D622, le château de las Cazes, où naquit en 1766 le compagnon et mémorialiste de Napoléon, dont le nom est plus souvent écrit Las Cases. Le Sor traverse la commune d’ouest en est. Le village est au NO; au sud, a grandi l’ensemble de lotissements du Plo de Blan. D’autres quartiers de pavillons sont apparus au SE (les Barreaux) et au nord (le Peyriac): la population augmente depuis le minimum de 1962 (410 hab.); elle s’est accrue de 390 hab. depuis 1999 (+51%).

Poudis (260 Poudissois, 462 ha), 9 km NNO de Revel, a gagné 60 hab. depuis 1999; le Sor traverse le finage au sud.

Palleville (490 Pallevillois, 644 ha), 6 km NNO de Revel, 10 km au sud de Puylaurens, s’orne du château renaissance des Touzeilles, à trois tours et en brique, avec un curieux château d’eau, et accueille une maison pour enfants en difficulté (la Landelle). La commune a gagné 150 hab. (+44%) depuis 1999; elle est limitrophe de la Haute-Garonne au sud-est.

Garrevaques (410 Garrevaquois, 686 ha), 4 km NO de Revel, étire son finage d’ouest en est le long de la limite de la Haute-Garonne. Le Sor, entre deux coudes, fixe la limite occidentale du finage; hameau et château de Gandels au sud-est.

Montgey (300 Monjétois, 991 ha) est sur un promontoire de la côte du Terrefort, à 6 km SE de Cuq et 8 km NO de Revel, en limite de département; haut château des 13e et 17e s., avec un beau parc fleuri, église du 15e s.; hameau d’Auvezines sur la route de Revel au pied de la côte. La commune a 60 hab. de plus qu’en 1999.

Puéchoursi (100 hab., 355 ha) est juste à l’ouest de Montgey, sur une petite butte au pied de la côte.


Revel

(9 970 Revelois, 3 531 ha) est un ancien chef-lieu de canton de la Haute-Garonne, 54 km ESE de Toulouse, au pied du versant nord de la Montagne Noire. Revel est une bastide royale de 1342, nommée d’après un seigneur de Revel en Auvergne, et l’une des plus étendues, au plan en damier très régulier, avec une très grande place à galeries couvertes (garlandes) et une halle du 14e s., un beffroi. La ville s’est fait une spécialité de meuble de qualité à partir de l’initiative réussie d’Alexandre Monoury en 1889; il reste plusieurs petites entreprises et un lycée national d’enseignement professionnel de marqueterie; mais seuls les meubles MARK (25 sal.) dépassent 20 employés.

La grosse entreprise est celle du groupe suisse Novartis Milical, qui emploie 460 personnes à l’élaboration de produits diététiques, plus 140 sal. à Nutrition et Nature. Un autre gros établissement est celui de Scopelec, fabricant d’équipements hertziens (250 sal.), firme locale créée en 1973 et forte de 1 500 salariés au total. Dans d’autres domaines, apparaissent les cosmétiques Lovea (35 sal.) et Sofibel (20 sal.), la métallerie Mecalaser (40 sal.), les serrures et ferrures Guidotti (35 sal.), profilés métalliques (Sud-Pyrénées, 30 sal.), équipements d’emballage BM (35 sal.), céramiques des Fontes Réfractaires (25 sal.), tuilerie Terreal (40 sal.).

Le tertiaire est moins représenté: magasins Intermarché (75 sal.), Casino (40 sal.), viandes des Producteurs du Lauragais (25 sal.); négoce de matériel agricole T3M (30 sal.); blanchisserie Bulle de Linge (30 sal.); transports Vieu (35 sal.), transports urbains Keolis (40 sal.); La Poste (25 sal.).

La population communale est en croissance: elle s’est tenue entre 5 000 et 6 000 hab. de 1800 à 1950, puis est passée à 6 800 en 1968, 7 500 en 1990; elle a encore gagné 1 550 hab. depuis 1999. La ville a un collège public et un hôpital local (15 lits, plus long séjour et maison de retraite). Au NE de la commune dans la plaine drainée par le Sor, château de Couffinal avec un beau pigeonnier hexagonal, château de Beauregard du 17e s. Au NO, l’aérodrome de Revel-Montgey (code LFIR) a une piste en dur de 720 m; aéroclub, école de pilotage et vol de nuit. Revel est le siège de la communauté de communes du Lauragais Revel Sorézois (27 communes, 21 400 hab.), dont treize communes sont en Haute-Garonne, 13 dans le Tarn, une dans l’Aude.

Au sud de la ville, un petit bloc faillé triangulaire fait comme une marche d’escalier sur le rebord de la Montagne Noire; c’est là que Pierre-Paul Riquet a choisi d’aménager le réservoir de Saint-Ferréol, derrière une digue de 780 m de long et 32 m de haut, construite en 1672. Le lac, alimenté depuis les hauts vallons de la Montagne Noire par la rigole du canal, peut stocker 6,4 Mm3 d’eau et mesure 67 ha. Dans un cadre agréablement boisé par les plantations faites dès l’origine avec un grand sens des aménagements paysagers, le hameau de Saint-Ferréol est devenu un haut lieu des loisirs et promenades pour les habitants de Toulouse et des environs, avec base de loisirs et sports nautiques. La Rigole du canal chemine ensuite sur une bonne dizaine de kilomètres au sud du canton, jusqu’aux pentes de la côte du Lauragais, où elle suit les sinuosités de la courbe de niveau jusqu’à Naurouze, accompagnée par le GR 653.

Le nouveau canton de Revel a 59 communes, 38 300 hab. Il englobe Villefranche-de-Lauragais.


Sorèze

(2 880 Sorézois, 4 164 ha dont 1 616 de bois) est une commune du Tarn, au pied de la Montagne Noire, 25 km au SO de Castres. Elle était surtout connue pour sa grande école, issue d’une abbaye bénédictine du 8e siècle, qui fut tour à tour séminaire et école royale militaire puis école privée, et qui a fermé en 1991. Ses grands bâtiments ont été réaménagés en centre culturel sous la forme d’un syndicat mixte et abritent aussi un musée historique, deux hôtels dont celui du Logis des Pères (France Patrimoine, 30 sal.), ainsi qu’un petit centre de formation des Laboratoires Fabre (10 sal.); festival de musique en été. La ville a aussi un musée du verre.

La bourgade est organisée en cercle au bas de la montagne, et conserve des maisons à colombages et encorbellements. Elle est dominée par l’ancien oppidum de Berniquaut, devenu site de vol libre; de l’autre côté du ravin d’Orival sur le relief, la grotte de Calel offre de belles concrétions dans des calcaires primaires, et un site archéologique. Le territoire communal va jusqu’à la limite du département de l’Aude, entre les finages d’Arfons et des Cammazes dans la haute vallée du Sor, incluant la forêt de Crabemorte, et monte à 778 m tout à l’est. Il inclut ainsi la rive nord du lac des Cammazes. Au NO, il s’étend assez largement dans la plaine, jusqu’aux premières maisons de Revel. Sorèze possède ainsi une partie du lac de Saint-Ferréol.

Sorèze abrite quelques ateliers; autocars Teste (70 sal.), vente sur catalogue Tom Press (20 sal.), meunerie du Moulin Maury (20 sal.), formation continue des Laboratoires P. Fabre (30 sal.); maison de repos pour anciens combattants (60 sal.). Sorèze a eu plus de 3 000 hab. au début du 19e s., moins de 1 600 en 1962. Sa population augmente depuis: elle a encore gagné 670 hab. depuis 1999 (+30%). Sorèze fait partie de la communauté de communes du Lauragais-Revel-Sorézois qui siège à Revel (Haute-Garonne), commune voisine de Sorèze.