Communauté d’agglomération Grand Montauban

Montauban (Grand)

Highslide JS

communauté d’agglomération du Tarn-et-Garonne, 10 communes, 73 000 hab., 25 800 ha. Outre Montauban (siège), Montbeton et Bressols ont plus de 2 000 hab.

Lamothe-Capdeville (1 140 Motacapdevillois, 1 192 ha dont 298 de bois), 8 km au nord de Montauban, est la seule commune au nord de l’Aveyron, sur la rive droite, à la pointe méridionale du massif de collines du Bas-Quercy; au bord de l’Aveyron, hameau et château d’Ardus (18e s.) avec parc; institut médico-éducatif. Au NE au pied du coteau, hameau de Cos et, à la limite de la commune, grotte des Garrigues. La population croît mais à un rythme lent (+110 hab. depuis 1999).

Villemade (760 Villemadais, 920 ha) occupe la plaine de confluence de l’Aveyron, du Mortarieu et du Tarn à 12 km NNO de Montauban. Le village, créé à peu près en même temps que Montauban, date de 1144; il est sur le rebord de la basse terrasse à proximité du Tarn et de la D927. La commune a 80 hab. de plus qu’en 1999.

Albefeuille-Lagarde (650 Algardois, 803 ha), 13 km NO de Montauban, a réuni ses deux composantes dès les années 1790. Lagarde est un hameau tout au nord, sur la rive gauche du Tarn, prolongé en amont par la file de maisons de la Pousaque. Albefeuille n’est plus guère qu’un lieu-dit à l’angle NO, sur le talus de la basse terrasse. Le reste de l’habitat se disperse dans la plaine parmi vergers et cultures.

Lacourt-Saint-Pierre (1 190 Lacourtois, 1 477 ha), 8 km OSO de Montauban, étire son finage entre Montauban, Montbeton et Montech. Le petit village est au bord du canal de Montech, qui relie le Canal latéral à la Garonne au Tarn entre Montech et Montauban. Sa population croît aussi et a gagné 290 hab. depuis 1999 (+32%); château du 18e s.; domaine agricole et denrées alimentaires de Mortarieu à l’est.

Corbarieu (1 710 Corbariens, 1 303 ha), 9 k au sud de Montauban ), est au pied du coteau droit du Tarn. Le finage se partage entre plaine du Tarn et collines du Terrefort; château de Beaudésert sur le coteau au SE. La croissance est soutenue: 450 hab. en 1954, 1 000 en 1976, +400 hab. depuis 1999 (+31%).

Reyniès (880 Reyniésiens, 994 ha) a son village sur la rive droite du Tarn, 13 km SSE de Montauban, relayé juste en amont par le hameau de Moulis; château et pont. Le finage monte au nord sur les collines; le coteau du Tarn a attiré de nouveaux habitats. La commune a une fabrique de pièces plastiques Acap (30 sal.) et un atelier de mécanique Gibert (20 sal.), et 50 hab. de plus qu’en 1999.

Saint-Nauphary (1 870 Saint-Nauphariens, 2 443 ha dont 345 de bois) est dans la vallée du Tescou, rive gauche, à 10 km au SE de Montauban sur la D999. Le finage s’étend sur les collines de part et d’autre de la vallée. La commune avait 720 hab. en 1968, et a augmenté de 620 hab. depuis 1999 (+50%); clinique La Pinède (90 sal.), restauration collective Medi Prestations (45 sal.).


Bressols

(3 800 Bressolais, 2 039 ha) est une commune du Tarn-et-Garonne dans le Grand Montauban (Montauban (Grand)), 6 km SSO de la préfecture sur la rive gauche du Tarn, à la sortie de Montauban vers Toulouse, traversée par l’A20 qui y a un accès (n°67) et une aire de service (Nauze Vert). Le finage a de nombreux vergers. Il frôle au SO la forêt de Montech et offre la base de loisirs du lac de Négret (15 ha). L’échangeur A20-A62 est hors de la commune mais à sa limite sud, et a suscité quelques activités. La commune accueille quelques petits ateliers, dont JVAeroservices (plastiques pour avions, 40 sal.), plastiques Celso (35 sal.), matériel pour véhicules de chantier Neotec (45 sal.) et surtout une base logistique Intermarché (330 sal.); base des Autoroutes du Sud de la France (35 sal.), constructions BatiPro 82 (20 sal.), bétons MTG (25 sal.), négoce de coffrages Cofrasud (20 sal.) et d’équipements de bâtiment Eco Groupage (25 sal.); transports Tranier (40 sal.), MTM (50 sal.). Bressols avait 1 000 hab. en 1954 et a passé la barre des 2 000 en 1987. Sa population a fortement augmenté depuis 1999: 1 080 hab. de plus, soit +39%.


Montauban

(61 980 Montalbanais, 13 517 ha) est la préfecture du Tarn-et-Garonne, à 50 km au nord de Toulouse sur la rive droite du Tarn, et sur le couloir de circulation Toulouse-Paris. La ville a été organisée, à partir d’une charte de 1144 octroyée par le comte de Toulouse face au Quercy, sur un plan régulier en damier, autour de la place du marché, actuellement place Nationale, encore nantie de couverts. Elle fut d’abord une place forte et de peuplement, puis assez vite une place marchande, active aux 14e et 15e s., devenue protestante au 16e. Bien que sa bourgeoisie ait été affectée par l’exil des protestants, elle redevint une ville active au 18e s.

Elle conserve des maisons anciennes, un vieux pont du 14e s., d’assez nombreuses places à l’intérieur du quadrilatère de remparts devenus boulevards, et une cathédrale un peu massive du 18e s.; jardins des Plantes et de l’Évêque, roseraie du parc de Chambord depuis 1972; musée d’histoire naturelle. Un musée Ingres de grande renommée rappelle que le peintre naquit à Montauban en 1780; il y avait été précédé par la célèbre Olympe de Gouges, née en 1748 et fille du poète Lefranc de Pompignan, exécutée à Paris en 1793.

La ville a un centre hospitalier de 320 lits, plusieurs cliniques dont une de 550 salariés (Pont de Chaume, 200 lits), une de 180 salariés (Croix Saint-Michel, 100 lits), une de 40 sal. (Honoré Cave); plusieurs maisons de retraite dont les Floralies (50 sal.); un institut médico-pédagogique et un centre de rééducation; trois collèges et deux lycées publics et autant pour le privé; centre d’aide par le travail. Montauban abrite la 11e BSMAT (base de soutien du matériel de l’armée de terre pour le Grand Sud-Ouest), le 17e RGP (régiment de génie parachutiste) et un établissement du génie.

La plus grande entreprise industrielle est celle des biscuits Poult (350 emplois), fournisseur des marques de distributeurs, qui existe depuis 1883 et qui a été acquise par Biscuits International (Qualium Fund). À un moindre niveau se signalent une fabrique de matériel agricole MCM (100 sal.), la métalmécanique Sibi (95 sal.), l’électronique Scopelec (45 sal.), le décolletage Farella (90 sal.), le matériel agricole MAF Agrobiotic (75 sal.), le matériel électrique Puissance Plus (50 sal.), le matériel de laboratoire et de chantier pour le bâtiment RRR (Remy, 40 sal.), l’imprimerie TechniPrint (45 sal.); les amplificateurs Bouyer (35 sal.); carrosserie Moletta Obrado (40 sal.), et divers ateliers de moins de 40 salariés dans l’imprimerie, les plastiques, la tôlerie, le décolletage et la mécanique; génie thermique et climatique Mispouille (60 sal.) et AGS ENR (45 sal.), réparations électriques Anov (130 sal.).

Dans l’agro-alimentaire apparaissent la distribution de produits de restauration Pro à Pro (260 sal., ancienne maison Doumenge, passée au belge Colruyt puis à Metro en 2017), la Laitière de Montauban (Lactel, au groupe Lactalis, 170 sal.), les produits laitiers Euroserum (ancienne laiterie Tempé-Lait du groupe coopératif Sodiaal, 110 sal.), les chocolats et dragées Pécou (55 sal.), les viandes Arcadie (35 sal.); plus les surgelés Toupargel (100 sal.), les négoces de produits laitiers Nutribio (groupe coopératif Sodiaal, 100 sal.), de fruits et légumes Blue Whale (50 sal.).

Montauban accueille les hypermarchés Auchan (290 sal.), Leclerc (260 et 240 sal.), Géant Casino (100 sal.), assortis de magasins comme Leroy-Merlin (120 sal.), Brico Dépôt (85 sal.), Decathlon (100 sal.), Metro (110 sal.), Brico Jardi Leclerc (50 sal.), MrBricolage (55 sal.), Intermarché (40 sal.), Galeries Lafayette (40 sal.), Boulanger (35 sal.); négoce d’électronique Tel&Tel (40 sal.), de plomberie tereva (45 sal.). Dans les services, nettoyages Go Net (Ozzeo, 60 sal.), Atelier 82 (40 sal.), Toupin (40 sal.); enlèvement de déchets Veolia (45 sal.), publicité Adrexo (110 sal.) et Mediapost (35 sal.), gardiennage SSGM (55 sal.); logistique et transports Le Calvez (surgelés, 95 sal.), Jardel (45 sal.), Olano (Eurowest, 80 sal.), Laporte (45 sal.); transports urbains Montalbanais (SEMTM, 55 sal.) et autocars Barrère (50 sal.); complexe aquatique VM2000 (60 sal.), Union Sportive Montalbanaise (45 sal.); travaux publics Colas (60 sal.) et Malet (40 sal.), service des eaux Veolia (40 sal.); distribution d’électricité Enedis (85 sal.). Plusieurs de ces établissements, dont Poult, occupent la zac Albasud, au sud de la commune, qui totalise 180 ha et 2 200 emplois.

Montauban a eu environ 25 000 hab. dans la plus grande partie du 19e s., est montée à 30 000 en 1901 et 38 000 en 1954 et a atteint les 50 000 en 1980. Sa croissance se poursuit; la ville a gagné un peu plus de 7 500 hab. depuis 1999 (+12%). La commune, très vaste, s’étend largement dans la plaine de l’Aveyron et du Tarn au nord, où se dispersent aérodrome (XMW, LFDB, piste bitumée de 900 m et aéroclub) au NE, hippodrome au centre nord, et trois golfs au NO. Elle occupe aussi une partie des terrasses à l’ouest du Tarn rive gauche, et l’extrémité des collines du Tescou au sud-est. L’A20 traverse la commune, avec sept échangeurs (n°60 à 66). Les voies ferrées Toulouse-Bordeaux et Toulouse-Paris divergent à la gare de Montauban, qui est rive gauche. Au sud-ouest, gros poste d’interconnexion électrique de Verlhaguet. La communauté d’agglomération du Grand Montauban réunit 10 communes, 73 000 hab., 25 800 ha., v. Montauban (Grand).

L’unité urbaine serait de 78 100 hab. (9 communes), l’aire urbaine de 109 000 hab. (33 communes). L’arrondissement a 179 500 hab., 92 communes. Trois nouveaux cantons de 19 300 à 21 200 hab. portent le nom de Montauban; ils divisent la commune de Montauban et elle seule.


Montbeton

(4 300 Montbetonnais, 1 598 ha) est une commune du Tarn-et-Garonne dans le Grand Montauban (Montauban (Grand)), 6 km à l’ouest de la préfecture, surtout sur la terrasse alluviale, la partie orientale étant dans la basse plaine du Tarn; elle est traversée au nord par la voie ferrée Bordeaux-Toulouse et la D958; centre de santé et institut médico-éducatif Bellissen, maison de retraite. C’est surtout une banlieue résidentielle, dont la population croît régulièrement depuis les 500 hab. de 1936; elle a encore gagné 2 110 hab. depuis 1999, doublant presque.