Communauté de communes du Pays de Falaise

Falaise (Pays de)

Highslide JS

communauté de communes du Calvados au sud, associant 58 communes et 28 300 hab. sur 48 800 ha. Seules Falaise (siège) et Potigny ont plus de 2 000 hab.

La Hoguette (740 Hoguetons, 2 444 ha dont 992 de bois), 3 km au SE de Falaise, limitrophe de l’Orne, inclut le grand bois de Saint-André, témoin de l’ancienne forêt de Gouffern où se cachent les restes de l’abbaye Saint-André de Gouffern. Le sud du finage est sur le socle de terrains anciens. La commune est traversée par la D658 et l’A88 qui y a un échangeur. Le village est tout au nord de son grand finage. La population a augmenté de 160 hab. depuis 1999 (+28%); couverture SFC (30 sal.).

Villy-lez-Falaise (280 hab., 495 ha), 5 km à l’est de Falaise au NE de La Hoguette, étire son village en rue sur le versant gauche de la branche nord du Traînefeuilles, affluent de la Dives; +40 hab. depuis 1999. Lez Falaise est apparu en 1946.

Fresné-la-Mère (630 Fresnéains, 814 ha) 6 km à l’est de Falaise, est entre les deux branches du Traînefeuilles, le long de la voie ferrée d’Argentan. Le hameau d’Angloischeville, au NE, est issu d’une commune intégrée en 1827. La population a augmenté de 210 hab. depuis 1999 (+50%).

Pertheville-Ners (250 hab., 825 ha), 8 km ESE de Falaise, est à l’est de Fresné et résulte d’une fusion de 1858; mais Ners n’est qu’un petit hameau au NE. Au SO, le finage atteint la forêt de Saint-André; +40 hab. depuis 1999.

Vignats (290 Vignatais, 880 ha), 9 km SE de Falaise, n’a qu’un très petit village, assorti du manoir de la Davoiserie. Un peu au nord, le hameau de la Rue d’Ave, où est une ancienne abbaye, est plus étoffé. Le finage, limitrophe de l’Orne, est traversé par la voie ferrée. Au sud-est, grandes carrières de la Meilleraie avec étangs; à l’est dans la vallée de la Filaine, hameau de Saint-Nicolas avec traces d’un oppidum, sur un affleurement des terrains primaires. La commune a 60 hab. de plus qu’en 1999.

Fourches (230 Fourchus, 478 ha), à 11 km ESE de Falaise, a son habitat dans la vallée de la Filaine qui coule vers la Dives. transports Lambert (50 sal.). Le finage touche au SE à la limite de l’Orne. La commune a gagné 80 hab. depuis 1999 (+53%).

Crocy (320 Crocéens, 1 007 ha), 12 km ESE de Falaise, a son petit village au bord de la Filaine, mais l’habitat se disperse vers l’est sur les versants de la Dives. Celle-ci conflue avec la Filaine à l’angle nord du finage. La commune est limitrophe de l’Orne.

Le Marais-la-Chapelle (110 hab., 242 ha), 15 km ESE de Falaise, à la limite du département, associe depuis 1823 les petits hameaux du Marais à l’ouest et de la Chapelle-Fouquet à l’est.

Les Moutiers-en-Auge (120 Monastériens, 1 010 ha), 18 km à l’est de Falaise, est une commune au finage étiré vers l’est le long de la limite départementale, et d’habitat dispersé. En Auge est une mention ancienne.

Norrey-en-Auge (100 hab., 886 ha), 17 km ENE de Falaise, est juste au nord des Moutiers; église classée du 12e s. Contrairement aux Moutiers, «en Auge» n’a été ajouté qu’en 1887.

Beaumais (180 hab., 1 073 ha), 10 km à l’est de Falaise, est au bord de la Dives; église classée du 12e, château du 16e. Au nord, sur la Dives, hameau de Cantepie.

Barou-en-Auge (80 Conias, 835 ha), 15 km ENE de Falaise, se distingue par quelques belles maisons anciennes dont celle de la Tarenne.

Morteaux-Coulibœuf (640 hab., 1 176 ha), 13 km ENE de Falaise, est un ancien chef-lieu de canton du Calvados dans l’arrondissement de Caen, 40 km au SE de Caen au bord de la Dives. La commune résulte d’une fusion de 1857; elle associe trois gros hameaux de la Campagne de Caen et dispose d’une gare à l’ouest. Au SE, la Dives reçoit le Traînefeuilles, qui borne le finage au sud-ouest. La population a augmenté de 120 hab. depuis 1999.

Damblainville (240 Damblainvillais, 635 ha) a son village dans la vallée de l’Ante, rive gauche à 7 km ENE de Falaise; +50 hab. depuis 1999. Sur le plateau au NO a pris place l’aérodrome de Falaise. Aux environs est la réserve naturelle nationale du Coteau de Mesnil Soleil (25 ha) sur un terrain calcaire ensoleillé, partagée avec Versainville.

Éraines (350 Érainais, 404 ha), 3 km NE de Falaise, a son village sur le versant droit de l’Ante; +120 hab. (+52%) depuis 1999.

Versainville (470 Versainvillais, 770 ha), sur le plateau 4 km au NE de Falaise, s’orne d’un château du 18e s. avec parc; +80 hab. depuis 1999. L’Ante borne le finage au sud. Au bord, la D511 traverse le finage; haras au NE.

Épaney (530 Épanéens, 1 159 ha) est à 9 km NNE de Falaise; la D511 traverse le finage au sud et le village a projeté à ses abords le nouveau hameau de la Maison Blanche; Au NE, le hameau de la Fontaine d’Épaney jouxte le village de Perrières. Quelques bois au sud sur les Monts d’Éraines, partagés avec Bernières. La commune a gagné 210 hab. depuis 1999 (+66%).

Perrières (330 Perriérois, 817 ha), 11 km NE de Falaise, au NE d’Épaney, a un étang de 12 ha dans une ancienne carrière avec le hameau du Breuil; +80 hab. depuis 1999 (+32%). La D 511 traverse le finage au sud.

Bernières-d’Ailly (250 hab., 939 ha dont 224 de bois), 13 km NE de Falaise, est bordée par la Dives à l’est. Le village, au NE, est proche du fleuve, ainsi que le hameau d’Ailly au sud, les deux communes ayant été réunies en 1857. Au SO, petit hameau et chapelle de Sainte-Anne d’Entremont au bord des bois des Monts d’Éraines. La commune a une fromagerie du groupe Lactalis (Fromagère d’Orbec, 25 sal.), ancienne maison Jort créée en 1888.

Vicques (70 hab., 266 ha), 12 km NE de Falaise, est sur la rive droite de la Dives. juste au nord de Morteaux-Coulibœuf.

Louvagny (60 hab., 550 ha), 15 km ENE de Falaise, est un petit village de la Campagne de Caen, sur la D90, avec un château du 17e.

Courcy (140 Courcéens, 912 ha), 20 km NE de Falaise, est aussi sur la D90 et dans la Campagne de Caen; ancien château fort (11e au 15e s.).

Jort (300 Jortais, 658 ha), 15 km NE de Falaise, étire son village sur la rive droite de la Dives. La D511 le frôle au nord.

Vendeuvre (760 Vendeuvriens, 2 631 ha), 16 km NE de Falaise, est un gros village étiré sur la rive gauche de la Dives, avec un musée et plusieurs châteaux (18e-19e s. surtout), dont le château de Vendeuvre qui offre à la visite des jardins et un musée du meuble miniature, un jardin d’eau et une grotte aux coquillages. Le village se prolonge en amont par les hameaux du Bas de Pont et de Pont, le dernier devant Jort. Au nord sur la rive gauche, château et hameau de Grisy; au NE rive droite, hameau de Morières. Tout au nord, les hameaux de Favières et d’Escures formaient depuis leur réunion en 1846 la commune d’Escures-sur-Favières; elle a été réunie avec ses 210 hab. à Vendeuvre en même temps que Grisy (180 ha.), en 1972. Auparavant, Vendeuvre avait intégré Morières (1965, avec 90 hab.) et Pont (en 1830, avec 70 hab.). La population communale a très peu évolué depuis 1972.

Ernes (340 Ernais, 890 ha), 17 km NNE de Falaise, a une église classée des 12e-13e s. Le village est au bord du Laizon, qui a sa source dans la commune au sud; +50 hab. depuis 1999. Au SE, Ernes a un vallon dit Vallée Coupe-Gorge, et un lieu-dit le Gibet.

Maizières (460 Maceriens, 715 ha), 16 km NNE de Falaise, est dans la vallée du Laizon, surtout rive gauche.

Rouvres (220 Rouvrésiens, 887 ha), 15 km NNE de Falaise, a son habitat des deux côtés du Laizon, en continuité avec celui de Maizières; coopérative agricole avec silos, château du Logis.

Ouilly-le-Tesson (610 Tessonais, 1 200 ha), 13 km NNE de Falaise, a son village à l’ouest du finage, sur le versant gauche du Laizon. Plus à l’est, l’habitat se complète de hameaux d’Assy sur le versant gauche, avec château, et de Montboin sur le versant droit. La commune a 420 hab. de plus qu’en 1999. Le nom avait déjà cette forme en 1801.

Sassy (220 hab., 956 ha), 15 km NNE de Falaise, est au SE de Rouvres; ruines du Châtelet et fosse d’une ancienne carrière au SO; +40 hab. depuis 1999.

Olendon (190 Olendoniens, 745 ha), 12 km NNE de Falaise, est au SE d’Ouilly; parc d’aventure dans un vallon boisé à l’ouest.

Soumont-Saint-Quentin (550 Soumontais, 687 ha), 12 km au nord de Falaise, est l’ancien haut lieu des mines de fer de Normandie. Le village éparpille ses maisons sur le plateau à l’ouest de la vallée encaissée du Laizon. Celui-ci franchit au sud le défilé de la Brèche du Diable, partagé avec Potigny, qui scie une barre de quartzites; oppidum et tombeau de Marie Joly sur la paroi orientale du défilé – le tombeau, avec stèle, édifié en 1798, est celui d’une sociétaire de la Comédie-Française, morte à 38 ans. Saint-Quentin est un hameau proche, sur le versant droit du Laizon, intégré en 1854 à partir de la commune de Bons-Tassilly; au-delà vers l’est, menhir des Longrais. Les anciennes mines sont à l’ouest de la commune, au-delà de la N158 qui traverse le finage et à la limite de Potigny. Non loin à l’ouest, hameau d’Aisy, sur l’ancien tracé ferroviaire des mines de fer aux hauts fourneaux de Colombelles, que l’on suit par Grainville-Langannerie et Castine-la-Plaine. La commune a 60 hab. de plus qu’en 1999. Son maximum avait été de 600 hab. vers 1970; fabrique de filets Securibat (20 sal.).

Bons-Tassilly (400 Bonstassillais, 938 ha), 9 km NNO de Falaise, est une commune d’habitat dispersé, traversée par la voie rapide N158, avec trois noyaux de peuplement aux Forges au centre (mairie), le Haut de Bons à l’ouest, Tassilly à l’est. Le Laizon traverse du sud au nord le finage, qui s’arrête à l’entrée de la Brèche du Diable. L’ancienne commune de Bons a été réunie en 1854 à celle de Saint-Quentin-Tassilly, mais en cédant Saint-Quentin à Soumont.

Soulangy (260 Solanéains, 718 ha), 6 km NNO de Falaise, est au sud de Bons-Tassilly. L’habitat s’éparpille dans la partie centrale du finage que traversent le Laizon et la N158; celle-ci offre une double aire de repos. À l’est s’alignent six des dix éoliennes du parc dit de Falaise-Soulangy (20 MW, groupe chinois CGN-EE).

Saint-Pierre-Canivet (400 hab., 701 ha dont 285 de bois) est au bord du Laizon à 5 km NNO de Falaise; elle a gagné 50 hab. depuis 1999. La commune dispose d’un finage allongé qui contient au sud-ouest la plus grande partie du bois du Roi et le château de la Tour (18e s.), sur le massif ancien. À l’est sont deux des éoliennes du parc de Falaise-Soulangy.

Aubigny (300 Albinéains, 502 ha), 4 km au nord de Falaise, est au bord du Cassis, qui devient le Laizon en aval; château du 16e. Au sud, la commune partage avec Falaise un échangeur de la voie rapide N158; au SO, château (17e), pigeonniers et bois du Long Pré; tout à l’est, deux éoliennes du parc de Falaise-Soulangy.

Villers-Canivet (810 Villersois, 1 224 ha dont 240 de bois), 7 km NO de Falaise, a un habitat étalé, complété au NE par le hameau du Torp, ancienne commune absorbée en 1828; serres horticoles. Au sud, le finage contient la forêt de Villers, sur 300 ha du massif ancien, avec un étang de 6 ha et l’ancienne abbaye de Sainte-Marie-aux-Dames. La population a augmenté de 300 hab. depuis 1999 (+69%).

Ussy (900 Uxeodois, 868 ha), 10 km au NO de Falaise au sud-ouest de Potigny, est bordé à l’ouest par la Laize et conserve le menhir de la Pierre de la Hauberie au sud, celui de la Pierre du Pot près du village, où est aussi un arboretum; pépinières Levasseur (20 sal.); +140 hab. depuis 1999.

Fontaine-le-Pin (360 Fontaine-Brayens, 854 ha), 13 km NNO de Falaise, a son finage bordé à l’ouest par la Laize. Le village est au SE, relayé au NO par le hameau de Bray en Cinglais, issu d’une commune absorbée en 1835; +70 hab. depuis 1999 (+24%).

Un autre ensemble de communes est à l’ouest de Falaise, largement en Suisse Normande.

Leffard (200 hab., 689 ha), 10 km ONO de Falaise, est sur le massif ancien recouvert d’un mince placage triasique.

Saint-Germain-Langot (320 hab., 1 035 ha dont 263 de bois), 12 km ONO de Falaise, lui fait suite à l’ouest, au cœur du massif ancien; bois de Tupot au sud; +40 hab. depuis 1999.

Bonnœil (140 Bonnoeillais, 719 ha dont 142 de bois), 14 km ONO de Falaise, est également sur le massif ancien; son finage mord sur la forêt de Saint-Clair au NO.

Tréprel (110 hab., 540 ha), 12 km à l’ouest de Falaise, est une petite commune du plateau ancien, avec un grand château du 18e.

Pierrefitte-en-Cinglais (270 hab., 1 072 ha dont 200 de bois), 15 km ONO de Falaise, est bornée à l’ouest par la vallée encaissée de l’Orival, qui conflue avec l’Orne au SO du finage.

Pont-d’Ouilly (1 040 Ouillypontains, 1 950 ha dont 221 de bois), 18 km OSO de Falaise, limitrophe de l’Orne, est la commune la plus occidentale du pays de Falaise et l’un des hauts lieux du tourisme en Suisse Normande, par son site et sa situation. Le village est sur la rive droite de l’Orne encaissée, face au confluent du Noireau; camping rive gauche, base de plein air, sports nautiques. La finage inclut à l’ouest un long appendice qui porte les hameaux du Bourg de Saint-Marc, d’Arclais et des Gouttes et domine le cours du Noireau sur 4 km; ainsi que, au nord, le beau pédoncule de méandre de l’Orne, très resserré (la Courbe), qui fait face aux Rochers de la Vieille; et l’escarpement de Saint-Marc, site de vol libre au-dessus du fleuve. L’ancienne voie ferrée passait sous les Gouttes par un tunnel de 1 800 m; elle est proposée en vélorail au sud du tunnel, en partie dans la commune le long du Noireau. La D1 suit la crête de tout cet appendice. Vers l’est, la commune s’étend largement sur le plateau ancien, où sont les hameaux du Bourg d’Ouilly et du Haut d’Ouilly, sur la D511; ce territoire formait la commune d’Ouilly-le-Basset, réunie à Pont-d’Ouilly en 1947, ce qui doubla sa population; celle-ci a ensuite un peu diminué jusqu’au minimum de 1990 (1 000 hab.).

Le Mesnil-Villement (300 Mesnil-Villementais, 355 ha),17 km OSO de Falaise, est au sud-est de Pont-d’Ouilly, avec un finage contourné, bordé au sud par l’Orne sinueuse et encaissée. L’habitat se divise en plusieurs hameaux, dont le Pont de Vers et la Fouillerie au centre, avec un ancien tissage, fermé en 1992; la Landelle et le Hamel au NE; une partie du Bateau en aval, ancien site de filature.

Les Isles-Bardel (66 hab., 569 ha), 16 km OSO de Falaise, a un territoire qui s’avance en pointe dans le département de l’Orne, bordé à l’ouest et au sud par le cours de l’Orne. Le petit village est au nord-est, dans la vallée affluente de la Baize.

Rapilly (47 hab., 419 ha), 13 km OSO de Falaise, est au nord de la Baize et atteint juste son confluent avec l’Orne au SO.

Le Détroit (90 hab., 552 ha), 14 km OSO de Falaise, a de maigres hameaux, dont Beau du Douit au NE sur la D511; château des Minières au NO.

Pierrepont (90 Pierrepontais, 429 ha), 10 km à l’ouest de Falaise, a un finage étiré du nord au sud, traversé au sud par la D511.

Les Loges-Saulces (170 hab., 674 ha), 10 km OSO de Falaise, est une autre commune du massif ancien, sur le plateau, limitrophe de l’Orne.

Fourneaux-le-Val (160 hab., 539 ha), 7 km SO de Falaise, a son habitat au-dessus du versant droit de la Baize, qui fixe la limite départementale et la limite sud du finage.

Martigny-sur-l’Ante (320 Martilantais, 934 ha), 7 km à l’ouest de Falaise, est à la source de l’Ante, et traversée par la D511. L’habitat est dispersé; hameau de Quinquefougère au SO sur la grand-route. La mention de l’Ante est de 1946.

Noron-l’Abbaye (320 Noronnais, 762 ha), 3 km à l’ouest de Falaise, est bornée au sud par le cours de l’Ante et au nord par le Bois du Roi; ancienne abbaye isolée au NO; +90 hab. depuis 1999. Le nom était seulement Noron jusqu’en 1920.

Saint-Martin-de-Mieux (450 Martinais, 1 012 ha dont 110 de bois), 4 km SO de Falaise, est bornée au nord par le cours de l’Ante et touche au sud à la Baize, en limite de département; chapelle et petit hameau de Saint-Vigor de Mieux au NO. Au NE, un échangeur de l’A88 donne accès à la D511 et à Falaise; haras au village. La commune a gagné 90 hab. depuis 1999.

Cordey (56 Cordéens, 452 ha dont 100 de bois), 6 km SSO de Falaise, est à la limite du département sur la D509. La Baize limite le finage au sud.

Saint-Pierre-du-Bû (490 Pétroviens, 739 ha), 3 km SSO de Falaise, est traversée par l’A88 et la D509; le village est au sud-ouest du finage, qui n’atteint pas tout à fait la limite du département; +70 hab. depuis 1999.


Falaise

(8 540 Falaisiens, 1 184 ha) est un ancien chef-lieu de canton du Calvados dans l’arrondissement de Caen, 35 km au SSE de la préfecture sur la route vers Alençon et Le Mans (D658), doublée par la voie rapide N158 qui contourne l’agglomération par l’ouest, avec deux échangeurs. La ville est au bord de la vallée encaissée de l’Ante, affluent de la Dives, au contact de la plaine sédimentaire et des barres de reliefs qui strient le Massif Armoricain d’est en ouest. La ville même est sur le socle primaire. Ce fut là le site d’un puissant château féodal, où naquit Guillaume le Conquérant; il reste de hautes murailles avec tours, et un donjon des 12e et 13e s., plus des remparts de la ville, une porte et deux grandes églises. La ville abrite aussi le château de la Fresnaye (18e s.), les musées d’Août 1944, des Automates, de peinture (André Lemaître).

Falaise a été un grand centre de foires et d’industrie textile, de tanneries et de coutellerie. Il reste peu de son passé industriel, surtout depuis la disparition de l’usine Moulinex. Les ateliers sont cependant nombreux sur le plateau à l’est de la ville. Les principaux sont ceux de Qovans ex-Clips (cloisons démontables, 130 sal.), les appareils de mesure Satam (50 sal.), les constructions métalliques Aciro-Apok (45 sal.), les machines d’emballage Erca Formseal (55 sal.), les moules et modèles Soffamo (30 sal.), les roues Sodijantes (20 sal.); cosmétiques OTB (Batteur, 45 sal.); boulangerie-pâtisserie industrielle Tartefrais (180 sal.), champignonnières France-Champignon ex-Ganot (30 sal.), conserves de poisson Cofa (30 sal.); supermarchés Leclerc (130 sal.), Carrefour (65 sal.)), Bricomarché (20 sal.); La Poste (25 sal.). En outre, Menuiseries de l’avenir (plastiques, 20 sal.), lignes électriques Soprapel (25 sal.), maçonnerie Pierre Patrimoine (20 sal.); centre aquatique Formeo (20 sal.).

La ville compte 4 300 emplois, dont 800 dans l’industrie et 2 000 dans le tertiaire public, où domine l’hôpital (500 sal., 220 lits); trois lycées; un aérodrome de loisirs (LFAS) dit de Falaise-Mont d’Éraines est au NE de la ville (aéroclub, piste en herbe de 860 m) mais dans la commune de Damblainville. Falaise a eu jusqu’à 13 000 hab. en 1806 et s’est tenue au-dessus de 8 000 durant tout le 19e siècle; sa population était tombée à 5 600 hab. dans les années 1930, puis est passée à 7 000 en 1967, 8 600 en 1982 a un peu fluctué depuis (-260 hab. après 1999). La communauté de communes du pays de Falaise est très étendue, puisqu’elle compte 58 communes (28 300 hab., 48 800 ha); v. Falaise (Pays de). Le nouveau canton de Falaise a 57 communes, 27 500 hab.


Potigny

(2 100 Potignais, 426 ha) est une commune du Calvados dans le Pays de Falaise (Falaise (Pays de)), 10 km au NNO de Falaise et 26 km SSE de Caen, dans le Pays de Falaise. C’est un village-centre avec collège, en bordure de la plaine de Caen et sur la route d’Alençon; gardiennage Faucher (25 sal.). Il a longtemps vécu de l’exploitation des mines de fer du gisement de Soumont, commune voisine au nord-est, dont le village est établi au-dessus de la vallée encaissée du Laison; le site de la Brèche du Diable, dans les grès armoricain, y est fréquenté. Mais la fermeture de la mine a réduit le nombre d’habitants de Potigny, qui était de 2 900 hab. en 1962 et a baissé jusqu’à 1 720 hab. en 1999 avant de regagner 380 hab. depuis.

La mine de Soumont, ouverte en 1907, avait été exploitée par la Société métallurgique de Normandie (SMN) et elle était directement reliée par une voie ferrée de 25 km à l’usine de Mondeville-Colombelles depuis l’origine; le minerai, phosphoreux, contenait 45% de fer; la SMN y occupait 600 à 700 mineurs extrayant 7 000 tonnes par jour ouvré. La mine a été fermée en 1990 et ses galeries ont été noyées.