Communauté de communes du Pays de Lunel

Lunel (Pays de)

Highslide JS

communauté de communes à l’est du département de l’Hérault, associant 15 communes et 48 000 hab. sur 15 8000 ha. Lunel (siège), Lunel-Viel, Entre-Vignes, Marsillargues et Saint-Just dépassent 2 000 hab.

Saint-Nazaire-de-Pézan (630 Saint-Nazairois, 566 ha), 4 km SSO de Lunel, est un petit village agrandi par lotissements. Le finage s’avance en pointe dans la plaine submersible entre le canal de Lunel et la Bayonne mais n’atteint pas l’étang de l’Or, dont la rive orientale appartient à Marsillargues; quelques vignes et vergers, mas du Grès avec manade. La commune a 90 hab. de plus qu’en 1999.

Saturargues (970 Saturarguois, 599 ha), 8 km NNO de Lunel, n’avait que 190 hab. en 1954, 290 en 1982 et a progressé rapidement depuis, son ancien village étant submergé par les pavillons nouveaux; elle a encore gagné 320 hab. (+49%) depuis 1999. Le village est au nord du finage. Au sud, grand échangeur de l’A9 avec péage et carrière des Garrigues; 100 ha de vignes.

Les communes suivantes sont toutes limitrophes du Gard.

Villetelle (1 480 Villetellois, 531 ha), 8 km au nord de Lunel, est bordée au nord et à l’est par la grande courbe du Vidourle. la plaine s’est couverte de pavillons depuis les 130 hab. des années 1950; la population a encore augmenté de 550 hab. (+59%) depuis 1999. La commune a une cave coopérative et quelques entreprises dont l’aire de service d’autoroute avec Autogrill (55 et 25 sal.) et Argedis (Total, 30 sal.), un distributeur de cadeaux et papeterie (Sud Trading, 25 sal.), conseils de secrétariat et traduction (Isys, 30 sal.) et de gestion Softs (35 sal.). Villetelle conserve au sud-est des restes de l’oppidum d’Ambrussum, riche site archéologique qui fut l’un des grands points d’appui de la Via Domitia. Cet oppidum a la forme d’un plateau triangulaire qui domine le cours du Vidourle de ses 55 m; il avait 24 tours semi-elliptiques le long d’une enceinte de 600 m. La ville romaine en avait récupéré une partie, tout en se fixant en contrebas. Il reste notamment un pont romain sur le fleuve, dit parfois pont Ambroix, jadis long de 100 m mais encore atteint lors de la crue de 1933 et qui n’a plus qu’une seule de ses neuf arches originelles. Le site, habité du 4e s. av. JC au Haut-Empire, a ensuite été complètement abandonné. La limite méridionale de la commune suit la Via Domitia, rebaptisée chemin de la Monnaie. Un peu au nord, passe l’autoroute A9, avec la double aire de services dite du Vidourle ou d’Ambrussum.

Saint-Sériès (990 Saint-Sériessois, 456 ha), 9 km NNO de Lunel, au nord de Saturargues, est bordée à l’est par le Vidourle; 180 ha de vignes; +400 hab. depuis 1999 (+68%).

Boisseron (1 990 Boisseronnais, 746 ha), 13 km NNO de Lunel et proche de Sommières, est sur la rive droite du Vidourle, au confluent de la Bénovie; centre logistique intercommunal, sols de sports Sud Tennis (30 sal.); camping au nord, 80 ha de vignes. La population est en nette augmentation depuis les 550 hab. de la première moitié du 20e siècle, le millier ayant été dépassé en 1991; +810 hab. depuis 1999 (+69%).

Saussines (1 040 Saussinois, 628 ha) est à 15 km NO de Lunel, et a peu de vignes (80 ha); sa population s’est élevée de 250 hab. depuis 1999 (+32%). La Bénovie borde le finage au nord.

Galargues (740 Galarguains, 1 143 ha dont 229 de bois), 8 km à l’ouest de Sommières, a son village sur le bord gauche de la vallée de la Bénovie. Le finage s’étend vers le nord, montant à 254 m à la Pène; tout au nord, le Cros de l’Embrasas est une cuve ronde, profonde de 50 m et d’un diamètre de 500 m, d’origine karstique dans les calcaires jurassiques. La commune a une cave coopérative (41 000 hl) et 250 ha de vignes. La population croît depuis le minimum de 1975 (250 hab.) mais modérément en raison de la distance à Montpellier (26 km); elle a augmenté de 130 hab. depuis 1999.

Campagne (320 Campagnencs, 484 ha), juste à l’ouest de Sommières, a 110 ha de vignes; +80 hab. depuis 1999 (+35%).

Garrigues (180 Garriguais, 492 ha), 20 km NO de Lunel, au nord de Galargues, se partage entre plaine viticole (150 ha de vignes) et garrigues au nord; +50 hab. depuis 1999.


Entre-Vignes

(2 160 hab., 1 680 ha), commune nouvelle de l’Hérault, créée en 2019 par fusion de Vérargues et Saint-Christol (Lunel (Pays de)). Saint-Christol (1 410 Saint-Christolais, 1 129 ha), 9 km NO de Lunel, tasse son ancien village sur une petite butte en amande, mais en a largement débordé. La commune se distingue par son AOC viticole communale; on y cultive 470 ha de vignes (AOC coteaux-du-languedoc et coteaux-du-languedoc-saint-christol), déjà réputées au 17e s.; cave coopérative (25 000 hl) et plusieurs caves particulières. Au sud à la Bruyère, école privée catholique, Accrobranche, poste électrique. La population communale croît (680 hab. en 1975, +180 hab. depuis 1999).

Vérargues (750 Vérarguois, 551 ha), 6 km au NNO de Lunel, a une appellation viticole communale au sein des coteaux-du-languedoc (coteaux-du-languedoc-vérargues), mais étendue à plusieurs communes voisines; on y cultive 180 ha de vignes, en partie des AOC coteaux-du-languedoc et vérargues, en partie de l’AOC muscat-de-lunel. La commune a une clinique psychiatrique (Stella, 110 emplois, 140 lits) et une cave coopérative (11 000 hl); château du 17e s. La limite sud de la commune suit le Chemin de la Monnaie (voie romaine). Sa population s’est accrue de 300 hab. depuis 1999 (+67%).


Lunel

(26 260 Lunellois, 2 390 ha) est un ancien chef-lieu de canton de l’Hérault dans à 24 km ENE de Montpellier, sur la N113 et la grande voie ferrée, en relais entre Montpellier et Nîmes. Son nom, d’origine inconnue, a prêté dans l’histoire à de nombreuses plaisanteries et rêveries autour de la lune, les habitants se désignant eux-mêmes comme «Pescalunes», c’est-à-dire pêcheurs de lunes. Peut-être de fondation juive, Lunel se signalait au 12e siècle par la présence d’une académie hébraïque et d’une école de médecine, et a souffert de l’expulsion des Juifs en 1298. La ville a de grands boulevards circulaires, des maisons anciennes, un théâtre, un lycée polyvalent et deux collèges publics, un collège privé, une maison des entreprises, un hôpital (160 emplois, 28 lits), une clinique Via Domitia (75 sal.), une maison de retraite (Korian, 120 sal.), des installations militaires (caserne, entrepôts) et une prison; grande bibliothèque de beaux livres anciens du fonds Médar. Ses arènes taurines San Juan sont réputées et fréquentées; festivals de jazz et de théâtre amateur.

Les principales entreprises sont les hypermarchés Intermarché (160 et 50 sal.) et Leclerc (130 sal.), plus des magasins comme MrBricolage (45 sal.), machines de traitement des eaux Bio-UV (50 sal.), reconditionnement de cartouches pour imprimantes (Innotech, 40 sal.), mécanique LPF Aéro (30 sal.), menuiserie métallique SVM (25 sal.). Plusieurs zones d’activité le long de la N113 accueillent notamment des plates-formes de distribution (groupe Lidl, 220 sal.); vente sur catalogue d’habillement Dessus Dessous (40 sal.), transports Berto (120 sal.), gardiennage Loomis (55 sal.), La Poste (100 sal.).

La commune est limitrophe du département du Gard, puisqu’elle longe à l’est le Vidourle. Sa limite nord suit la Via Domitia juste à l’ouest du site d’Ambrussum. Vers le sud, le finage s’arrête au canal de Lunel, qui mène à l’étang de l’Or et date de l’époque de Philippe le Bel; aucun pont ne le franchit. Toute la périphérie sud et sud-ouest du centre-ville (la Roquette, l’Abrivado) est classée en «zone urbaine sensible». Le territoire communal est traversé par le canal du Bas-Rhône-Languedoc et porte de nombreux vergers et des serres, une coopérative fruitière et des négoces de fruits et légumes. Une usine de conserves de fruits Lenzbourg y avait été inaugurée en 1967, mais elle est entrée en difficulté dès 1975 et a été fermée, marquant la limite des ambitions d’irrigation et de transformation de l’ancien vignoble de plaine.

C’est aussi que la notoriété de Lunel reste largement liée à sa spécialité de muscat et à la solidité de sa cave coopérative, même si elle ne compte plus que 300 ha de vignes dans son propre finage (en partie AOC coteaux-du-languedoc et coteaux-du-languedoc-vérargues). Le muscat de Lunel est produit dans quatre communes habilitées, Lunel, Lunel-Viel, Vérargues et Saturargues; l’AOC date de 1948; la production annuelle est de l’ordre de 8 000 hl.

La ville avait déjà 5 000 hab. au début du 19e siècle, 7 500 à la fin; mais sa population a surtout augmenté après 1950: elle est montée à 10 000 hab. en 1966, 20 000 en 1995 et s’est encore accrue de 3 680 hab. depuis 1999. Lunel est le siège de la communauté de communes du Pays de Lunel (Lunel (Pays de)) (15 communes, 46 000 hab.). L’Insee estime qu’unité urbaine et aire urbaine se confondent et comptent 9 communes, 50 000 hab. Le nouveau canton de Lunel a 15 communes, 47 600 hab.


Lunel-Viel

(3 920 Lunelviellois, 1 197 ha) est une commune de l’Hérault dans le Pays de Lunel (Lunel (Pays de)), 3 km à l’ouest de Lunel. L’ancien village a sans doute été une première implantation de Lunel, mais il était déjà «le vieux» en 1128; il s’est également nommé Cabrières. Le centre, entouré de villas de toutes parts, se tasse le long de la N113, avec château et parc, zone artisanale vers Lunel. Il a une coopérative fruitière et une cave coopérative, et cultive 210 ha de vignes, en partie d’AOC muscat-de-lunel, coteaux-du-languedoc et coteaux-du-languedoc-vérargues. Une grotte a été explorée au Mas des Caves, où l’on a trouvé de l’outillage tayacien; le territoire communal dans son ensemble a fait l’objet de nombreuses fouilles et de découvertes des époques gallo-romaine et médiévale.

La commune est traversée au nord par la Via Domitia, dans un paysage de basses collines, et par l’autoroute A9; au centre, par le canal du Bas-Rhône-Languedoc et le chemin de fer. Outre une usine d’incinération des ordures Ocreal (Novergie, 30 sal., groupe Sita-Suez) qui reçoit une partie des déchets du bassin montpelliérain, sont installés à Lunel-Viel quelques ateliers dont Duclos (fabrique d’engrais, 45 sal.), MPB (éléments en béton, 50 sal.); nettoyage Action Propreté (50 sal.); mais l’usine Ontex (340 sal.), groupe belge de fournitures médicales fabriquant des protections absorbantes pour femmes et enfants, a fermé en 2008. Lunel-Viel avait entre 1 100 et 1 200 hab. de 1900 à 1960, et a crû ensuite, passant les 2 000 hab. en 1987 et augmentant encore de 700 hab. depuis 1999 (+22%).


Marsillargues

(6 300 Marsillarguois, 4 271 ha) est une commune du département de l’Hérault dans le Pays de Lunel (Lunel (Pays de)), 3 km ESE du chef-lieu. C’est la commune la plus orientale de l’Hérault. Sa limite suit celle du département du Gard, le long du Vidourle, que traversent deux ponts. Le finage mesure 13 km du NE au SO et sa limite sud-occidentale longe le canal de Lunel; la limite méridionale suit le canal de Sète au Rhône. La commune a ainsi une fraction de l’étang de l’Or (golfe de la Verne et lacs des Rajols), au bord duquel s’alignent les Cabanes de Lunel.

À peu près tout le territoire est en zone inondable. La partie méridionale est en terrains encore salés, mais drainés, à pacages et manades; des mas s’y dispersent, ainsi que le hameau de Tamariguières, sur un ancien tracé du Vidourle. Des vergers les relaient vers le nord, puis les vignes (400 ha ensemble); coopératives vinicole (5 600 hl) et fruitière, station fruitière au mas de Mourgues (Sica, 40 emplois), centre expérimental horticole au mas de Carrière; Traiteur du Littoral (35 sal.); foresterie Boix (40 sal.).

Marsillargues est un vieux et solide bourg assez bien équipé au nord du finage, en dépit de son exposition aux inondations. La commune avait 3 000 hab. en 1820, 3 700 en 1901; après un léger creux à 2 800 en 1962, sa population s’est mise à croître, surtout après 1975; elle a augmenté de 920 hab. depuis 1999. Le bourg, intéressant, est ceint de boulevards de forme presque carrée, entourant des maisons bourgeoises; le château, détruit en 1305 et reconstruit en 1576 en style Renaissance, conserve des restes des 14e, 16e et 17e s., une belle orangeraie, des jardins du 17e s., et abrite un musée Paul-Pastré (arts et traditions). Marsillargues a un collège public et organise des fêtes et spectacles taurins, un festival estival de théâtre. Le nom est réputé venir du patronyme latin Marcellus, mais a été souvent écrit Massillargues et pourrait, en commun avec Marseillan et même Marseille, venir d’une racine bien plus ancienne évoquant un bord d’eau. Gaston Deferre (1910-1986), ancien ministre socialiste dont le nom est attaché aux lois de décentralisation de 1982 et à l’histoire de la presse marseillaise, est né à Marsillargues.


Saint-Just

(3 270 Saint-Justois, 608 ha) est commune de l’Hérault dans le Pays de Lunel (Lunel (Pays de)), 3 km au SO de Lunel; vigne, vergers et autres cultures se dispersent dans un territoire encore marqué par le cadastre romain — le cami salinié (chemin du sel), qui traverse la partie nord du finage, en est un élément. Le centre ancien est entouré par plusieurs grands lotissements; cave coopérative, coopérative fruitière (Cofruidoc, 60 sal.); maison d’enfants L’Enclos, lignes électriques Allez (35 sal.). La commune n’avait que 580 hab. en 1975 et sa population a crû très vivement ensuite, passant par 1 600 hab. en 1990; le mouvement s’est un peu ralenti, mais la commune a encore gagné 750 hab. depuis 1999 (+30%).