Communauté d’agglomération du Grand Avignon (COGA)

Angles (Les)

(8 600 Anglois, 1 777 ha dont 1 149 de bois) est une commune à l’est du Gard, au bord du Rhône, dans l’agglomération du Grand Avignon. L’urbanisation prolonge celle de Villeneuve-lès-Avignon au sud-ouest sur le bas plateau, sans solution de continuité. Au sud, le finage comprend une part de plaine de rive droite du Rhôneavec les ponts de la D902 et de la voie ferrée, et plus en aval le double viaduc de la LGV. Toute la partie occidentale de la commune est sur le plateau accidenté et vide de ses garrigues, qui porte le grand triangle de connexion des lignes de TGV vers Marseille, Nîmes et Lyon; château des Issarts en bordure du Rhône. Le finage atteint au sud le confluent de la Durance.

La croissance de la commune est postérieure à 1950: elle n’avait que 340 hab. en 1900, 670 en 1936, mais avait atteint 2 700 hab. en 1962, 5 000 en 1980; elle s’est augmentée de 850 hab. depuis 1999. Elle offre un parc du Soleil et du Cosmos, un théâtre de verdure; trois centres commerciaux dont un hypermarché Leclerc (290 sal.) et des magasins comme Weldom (35 sal.) et ATS Culligan (40 sal.); fabrique de peintures Blancolor (100 sal.), taille de pierres Bouvier (35 sal.); boulangerie BG (20 sal.); installations électriques Labbé (190 sal.), revêtements Technisol (30 sal.); ingénierie Rail Concept (30 sal.), assurances Texa (60 sal.), conseil Pack Solutions (80 sal.); clinique Saint-Luc (30 sal.), transports par cars Bernard et Bouisse (35 sal.).


Pujaut

(4 400 Pujaulains, 2 350 ha dont 371 de bois, 600 de vignes) est une commune du Gard dans la communauté du Grand Avignon, 5 km NNO de Villeneuve-lès-Avignon, au sud de Roquemaure. La bourgade est au bord d’un ancien étang asséché au 17e siècle, en partie occupé par l’aérodrome d’Avignon-Pujaut et traversé par la N580 et la voie du TGV. Elle monte au sud-est sur les garrigues de la Montagne, mais elle est séparée du Rhône par la commune de Sauveterre. Elle a quelques industries: bétons et préfabriqués du groupe KP1 (170 sal.), récupération de déchets Paprec (40 sal.); cellier des Chartreux, serres horticoles à l’ouest. La commune avait un millier d’habitants entre 1880 et 1965 et sa population a augmenté régulièrement depuis; elle a encore gagné 1 100 hab. après 1999 (+33%).


Rochefort-du-Gard

(7 670 Rochefortais, 3 403 ha dont 532 de vignes) est une commune du Gard dans la communauté du Grand Avignon, 10 km à l’ouest d’Avignon. Le finage se partage entre une plaine qui garde les traces de l’ancien étang asséché de Rochefort, voisin de celui de Pujaut, et un long triangle de plateau de garrigue montant au NO jusqu’à la forêt de Malmont (261 m). L’A9 court au NO de la ville sur un bas plateau de garrigue.

Le vieux centre se tasse sur une butte dominée par une église romane du 12e s.; l’habitat s’est disséminé sur le relief au nord et à l’ouest, dans les quartiers de la Garrigue, plus que dans la plaine viticole; mais l’habitat a récemment gagné à l’est dans la plaine. Il s’est également densifié à l’extrême sud-est autour de la Bégude de Rochefort, en continuité avec Les Angles et au passage de la N100. La commune a une cave coopérative, un collège public; tout un quartier de serres à l’est entre la Louviane et la Maulonne; quelques ateliers dont les constructions OBM (40 sal.), magasin U Express (20 sal.); mais l’habitat est surtout résidentiel. Son expansion est récente et se poursuit: elle avait 680 hab. en 1954, 1 100 en 1975, 2 000 en 1982; elle s’est encore accrue de 1 790 hab. après 1999 (+30%). Le nom était Rochefort seulement avant 1891.


Roquemaure

(5 540 hab. Roquemaurois, 2 622 ha dont 480 de vignes et 369 de bois) est un ancien chef-lieu de canton du Gard, 35 km NE de Nîmes, 16 km au nord d’Avignon sur la rive droite du Rhône. Il se repère aux hautes ruines du château féodal avec deux tours, sur l’éperon de la barre rectilihgne ouest-est de la montagne de Saint-Geniès. C’est aussi un ancien port du Rhône, et le centre-ville ancien a du charme; un collège public, quelques entreprises dont les transports GLS (70 sal.), Perrenot Buchaca (30 sal.) et TNT (30 sal.), Transservice Locatrans (20 sal.); une fabrique de peintures Sofec (40 sal.); négoce de fournitures Amco (25 sal.); La Poste (35 sal.). Au nord de la commune se juxtaposent les trois ponts de la principale traversée du Rhône: routier, autoroutier (A9) et LGV, la ligne Paris-Marseille faisant une vaste incursion sur la rive droite du Rhône pour contourner Avignon.

Un gros échangeur autoroutier (n°22) a été aménagé au SO de la commune au milieu des garrigues, une double aire de repos juste à l’ouest de la ville; château de Clary à l’ouest. La zone industrielle de l’Aspre est proche de l’échangeur au sud. Roquemaure a aussi une halte fluviale, un parc d’attractions Amazonia au nord près des ponts; un canal de dérivation du Rhône longe la ville en délimitant l’île de Miémar; cultures maraîchères avec serres.

La commune a eu 3 800 hab. en 1820 puis sa population s’est lentement abaissée à moins de 2 000 dans les années 1920; elle a regagné des habitants après 1950 et croît toujours, gagnant 610 hab. depuis 1999. Elle adhère à la communauté d’agglomération du Grand Avignon. Le nouveau canton de Roquemaure a 11 communes, 26 700 hab.


Sauveterre

(2 080 Sauveterrois, 1 309 ha dont 260 de vignes) est une commune du Gard, détachée de Roquemaure en 1850 et qui avait alors 900 hab. Elle se tient sous les reliefs qui dominent la plaine du Rhône et s’étend dans celle-ci au-delà du bief de la dérivation d’Avignon, incluant l’usine hydroélectrique de Sauveterre sur le Rhône proprement dit; château de Montsauve (mairie, avec expositions). La population, qui se tenait entre 700 et 750 hab. entre 1890 et 1960, a crû ensuite, surtout depuis 1980; elle a gagné 360 hab. depuis 1999. Elle a choisi la communauté du Grand Avignon.


Villeneuve-lès-Avignon

(12 310 Villeneuvoist, 1 827 ha dont 235 de bois) est un ancien chef-lieu de canton du Gard dans l’arrondissement de Nîmes, 44 km ENE de la préfecture face à Avignon. La commune est membre de la communauté d’agglomération du Grand Avignon. Elle est une banlieue résidentielle plutôt riche; déjà, elle était le lieu de résidence des cardinaux au 14e s., protégé par le puissant fort Saint-André de la même époque, et enferme l’abbaye de même nom, plus ancienne. Villeneuve a aussi la chartreuse restaurée du Val de Bénédiction (14e s.), et a été classée parmi les «villes d’art»; musée municipal (art médiéval); clinique Bellerive (120 sal., 36 lits) avec section pour maladies nerveuses, maison de retraite (35 sal.); collèges public et privé.

La ville a dans son périmètre la centrale électrique du Rhône (CNR, 120 sal.) et a reçu plusieurs zones d’activité avec entrepôts et commerces; ingénierie KP1 (groupe PPB, 35 sal.), couverture Balazard (20 sal.), travaux publics Cise (90 sal.); jardinerie Botanic (55 sal.), supermarché Carrefour (50 sal.), hostellerie La Magnaneraie (25 sal.), hôtel Le Prieuré (45 sal.), La Poste (50 sal.), camping (20 sal.). Le finage va au NE jusqu’à l’ancien cours du Rhône, touchant ainsi à Sorgues, et inclut au NO une portion du plateau de Garrigues. La population communale avait dépassé 3 200 hab. au début du 19e s.; elle était descendue à 2 600 en 1891, et n’a cessé de croître depuis, atteignant 4 000 hab. vers 1940, 7 000 en 1968, 10 000 en 1988; elle n’a toutefois gagné que 230 hab. depuis 1999.